Via-sapiens : site de tourisme responsable

25 Nov 2014 Entreprise

Après Eco-sapiens, un comparateur de produits bio, écolo, équitables et solidaire sur Internet, la Scop de Corbeil-Essonnes amplifie son action innovante en faveur de l’éco-consommation tous azimuts avec Via-sapiens, prix de l’innovation social 2013 du conseil général de l’Essonne.

Image

Pour Baptiste Rabourdin, créateur (avec trois associés) en 2007, du site eco-sapiens, un comparateur de produits bio, écolo, équitables et solidaire sur Internet, l’entrepreneuriat rime avec combat. Diplômé d’une école supérieure d’optique, cet ingénieur prend le chemin de l’économie sociale et solidaire, qui tisse ensemble fils matériel et humain. « Je ne me voyais pas travailler pour l’industrie lourde comme la défense ou le nucléaire », explique-t-il cet écologiste dans l’âme à l’esprit innovant. Pour démarrer leur Scop (société coopérative de production), support de gestion d’eco-sapiens, il en fait preuve en faisant appel à un commissaire aux apports. « Grâce à son estimation du site, nous avons pu ainsi financer l’entreprise notamment via des investisseurs privés », détaille-t-il.

Un secteur à la mode mais encore peu porteur

Si le site eco-sapiens s’affiche comme le premier en France sur son créneau avec 50 000 produits référencés via une centaine de boutiques, son équilibre économique reste fragile. Le secteur est à la mode mais peu porteur. Gratuit pour les utilisateurs, le site, pour l’heure, se rétribue essentiellement sur les prestations de valorisation des produits présentés qu’il vend aux annonceurs mais il envisage de vendre directement. « Depuis la création, nous avons pu nous donner un salaire. Mais l’éco-consommation peine à décoller en France sans doute en partie parce que ce milieu est peu professionnel », analyse Baptiste Rabourdin qui bataille actuellement pour l’apparition de financements alternatifs pour les coopératives (notamment grâce au crowdfunding) pour développer son deuxième site : via-sapiens. Lancé en 2013 autour de la notion de tourisme responsable (loisirs et qualité de vie), il propose aujourd’hui une sélection de 5 000 hébergements en Provence Alpes-Côte d'Azur et Rhône-Alpes. « A terme, nous allons bien sûr couvrir toute la France », précise ce militant du développement durable qui a reçu pour ce projet le prix (5000 euros) de l’innovation social 2013 du conseil général de l’Essonne.

Pierre Talbot